Expérience avec Worldpacker

Pour commencer je suis toujours en voyage. Pour être plus précise, là je suis à Rio de Janeiro (Brésil). Autours de moi les gens sont adorables. dEs amours. Par compte ça reste un pays très dangereux. Beaucoup plus que je l’aurais cru. Disant qu’on ne peu pas sortir avec son appareil photo en mode tourista. Ou prendre des photos avec son cellulaire. Risque de se le faire voler, pire on peu même se faire tuer. Mise en garde des locaux qui m’ont dit qu’ici la vie d’un être humain à moins d’importance que la montre qu’il peu porter à son poignet. Vous pouvez réalisez la peur qui m’a envahit.

Retour sur Worldpacker:

Déçu des hôtes qui m’ont menti. Menti sur ce qui était annoncé, et en arrivant sur place c’est complètement différent. Sachant que j’ai trié les tâches de ce que je voulais… et arriver c’était des auberges à moitié vide… et le boulot consistait à nettoyer. Nettoyer les toilettes, et trucs du genre. Rien à voire avec le côté, promotion, administration d’établissement touristique. Fraude!

Ce que j’ai aimé… le responsable de Worldpacker m’a rembourser 3 nuits d’une auberge pour compenser celui que j’ai laissé (le Maraca hostel). Même à ça je suis décue. Pourquoi ne pas être honnête? Ce n’est pas en mentant que les volontaires vont vouloir rester.

Là, j’attend mon vol pour retourner au Guatemala… et recommencer en quelque sorte mon processus. L’avantage … Nicaragua est à nouveau accessible, et j’ai qu’une envie d’y être pour apporter mon énergie à ce payer.

 

Mon bilan du Costa Rica

Plusieurs personnes m’avaient recommandé de SKIP San Jose. Étant la bornée que je suis, me disant que je me devais de visiter la capitale. J’ai décidé de faire un arrêt. Je pense que tout a commencé. En arrivant à San Jose via mon Shuttle que j’avais réservé depuis l’aéroport, je n’étais pas impressionné. Comme il faisait déjà nuit, j’ai gardé la positive attitude d’explorer le tout en journée. Après tout, ça ne peu pas être si mal que ça.
1ère destination: J’arrive au Backpackers San Jose Hostel
Quartier éloigné du centre, et pas très recommandable que ce soit la nuit (et même le jour, je ne me suis pas sentie en sécurité de l’explorer). Le type à la réception insistait pour un dépôt de 20$ USD en liquide pour la clé. Malgré que j’ai payé pour mes deux nuits via ma carte. Ayant pas pu passer au guichet je n’avais pas de liquide. Finalement, il a comprit que ce n’était pas réalisme à 10:30pm d’insister de la sorte (je l’ai quand même laissé un dépôt de 20$ CAN, même si l’argent Canadien ne vaut rien par ici). J’arrive dans le dortoir de 4, étant la seule, j’ai pu l’avoir pour moi.
Déjeuner étant inclut: en me réveillant, je vais à la salle commune récupérer mon déjeuner. L’employé qui prépare les déjeuner est soit maladroite, n’aime pas sa job ou bête de nature (Ou toutes ses réponses); s’énerve contre moi car je n’avais pas le coupon. Oui, je devais deviner que chaque matin il fallait passer prendre un coupon à la réception avant d’aller chercher son déjeuner (Le type à la réception à oublier le détail). La façon dont l’employé a été grossière… je ne voulais pas rester ici. Expliquant la situation le staff essaye de l’excuser en disant qu’elle ne parle que l’espagnol. Je reviens d’un mois au Mexique, et un mois au Guatemala, et même avec la barrière de langue, je n’ai pas eu affaire à des employés aussi grossier. En plus que le secteur était situé dans un coin pas trop sécuritaire. Décidé que je partais (une nuit de perdu car pas question de revenir là).
J’ai trouvé un Hotel en plein coeur du centre de San Jose (Maragaveto), pas de déjeuner inclut mais le service était déjà mieux. Faisant le tour de San Jose, j’ai tout de suite compris que je n’aimais pas cette ville. Moi qui aime me retrouver dans les villes. Juste de se promener on peu ressentir un côté corrompu et froid. Sans saveur, rien qui dit que je suis dans la capitale du Costa Rica.
Je décide d’aller à la Fortuna.
Petit point positif: le Shuttle avait un groupe touristique, et j’ai eu le droit à un peu d’histoire du pays. Honnêtement ça reste mon seul point positif avec la guide.
Arrivèe à La Fortuna: Arenal Resort Backpackers Hostel est à 3 bloc du parc central. Contente j’arrive pour faire le check-in. Tout de suite à la réception on me dit que je dois payer en CASH (je laisse mon gros sac, et je m’en vais à la recherche d’un ATM). Enfin 10 minutes plus tard je reviens…
1- j’avais réservé pour un dorm féminin de six lits. On m’ a installé dans un dorm MIXTE de 7 lits sans m’aviser que c’était mixte. Plus tard tranquille dans la chambre quand j’ai vu deux types arrivés que j’ai compris. Bon la dame à la réception m’a ensuite remit les clés du dorm féminin, que j’aurais du avoir initialement. Problème résolut.
2- La température n’a pas aidé: saison de pluie. Et La Fortuna étant très pauvre en activité autre que de se promener dans la forêt, ou capturer les serpents. J’ai vite fais le tour. Prenant un Shuttle pour me rapprocher de l’aéroport prête à quitter Costa Rica. Juste trop plein de ce pays qui ne m’a pas séduite, plutôt dégoûtée.
En gros le service à la clientèle par ici: consiste à prendre l’argent. Et c’est tout. Même si l’un de leur employé a fait une erreur = depuis qu’ils ont prit notre argent c’est beau. Genre de mentalité qui m’a tout simplement épuisé!!!
De mon séjour au Costa Rica, ma seule consolation reste que j’ai juste booké une semaine. Pas plus que ça. Imaginez si j’aurais eu le malheur de céduler pour 2 ou 3 semaines. Disant que c’est la plus longue semaine de ma vie. J’attends avec impatience le moment de mon vol pour quitter l’endroit.
Est-ce que je prévois y revenir?
Négatif! Excepté si l’envie de grimper aux arbres, ou de partir en mode excursion dans la forêt me prend. Semblerait que ce soit le genre d’activité offert.
Avez-vous été déçue par une destination qui était dans votre BucketList?

25$ pour toi

Coucou!

Lors de mes déplacements j’utilise en grande majorité Booking.com. La possibilité de payer sur place (flexible pour changer les dates aussi). En plus que maintenant Booking.com offre les séjours dans des maisons, ou appartement privé. Un peu le même concept que Air b’n’b sans avoir à payer des frais souvent exagéré (frais ménage, ou autre). Et moins flexible si les plans change.
Étant une bonne utilisatrice de Booking j’ai un discount de 25$.
Oui!! peu importe où vous allez dans le monde, l’hébergement reste la BASE, alors de sauver un 25$ ça tombe toujours bien. Dans certain endroit dans le monde, ça équivaut à trois nuits. Voici mon code promo. Utilisez le!! et n’hésitez pas à le partager à votre tour.
code: https://www.booking.com/s/14_6/cladoa03

ou cliquez ici : 25$ Travel Gift

 

download (4).jpg

Bon voyage !!!

Règle # 1: La sécurité

Évitez d’être trop cheap au dépend de sa sécurité. C’est toujours bien d’économiser, de sentir qu’on a fait une bonne transaction, mais quand c’est au dépend de sa propre sécurité c’est à se demander si les quelques sous économiser en valait le coup.
Par exemple: en voyageant en solo au Guatemala, les quelques fois (deux fois pour être exacte que j’ai pris le ” Chicken bus” un bus local), j’étais accompagné avec un couple. Ce qui m’apportait de la sécurité. Sinon lors de mes déplacements toute seule, j’utilisais le Shuffle ( van privé qui garantit de venir te chercher à une destination pour t’amener à l’autre destination). Oui!!! C’est beaucoup plus chère que les bus locaux.

Considérablement plus chère. Par compte, la sécurité est la première règle lors d’un voyage. Pourquoi se rendre vulnérable pour sauver quelques dollars?
En voyageant c’est important de connaître SA limite. De s’écouter et de ne pas pousser plus loin. Je vais toujours le dire de sortir de sa zone de confort. Mais il faut quand même pas pousser le bouchon trop loin. Encore une fois, je ne suis pas très hicking ou les excursions dans la jungle (la Wild Life ce n’est pas trop pour moi). Bon j’avais rencontré une autre voyageuse en solo qui voulait faire une excursion (Indian Nose qui débuterait à 3 -4 heures du matin) qui veut dire se rendre dans la forêt la nuit, pour voire le couchée du soleil d’en haut. Insistante pour que je le fasse malgré que lui faisais part de mes résistances; peur du noir, et le hicking qui n’était pas mon genre d’activité. Avec son insistance je me suis écoutée et refuser. Elle a pu trouver d’autres personnes dans le même vibes de le faire. Par la suite, elle m’a avoué que finalement je n’aurais probablement pas trop aimer. L’excursion qu’elle m’avait vanter comme étant facile de 30 minutes, en finale elle m’admettait que c’était plus complexe. Marcher dans la forêt (dans le noire), et de suivre le guide qui ne parle qu’espagnol sans rien voir.
Merci à moi de m’être écouté … et d’avoir opté de rester dans mon lit!
Les mêmes règles de connaitre ses limites va s’appliquer lorsqu’on décide de faire la fête. Qui n’aime pas faire la fête? Boire c’est une chose par compte c’est important de rester conscient. Pas le temps de BLACK OUT sachant qu’on est notre support. Ne pas s’isoler. Rester dans des lieux connus. être au courant de ce qui nous entoure, et surtout ceux qui nous approche. En gros garder sa vigilence!!
Petite règle de base: Faire attention à son verre. Et la règle que j’aime le plus reste de toujours faire confiance à son instinct (la petite voix qui nous avise du danger ce n’est pas là pour rien).
Même si on peu être impressionner d’entreprendre un voyage en solo. D’être dans un endroit qu’on ne connait pas, FAKE it til you make it! Ainsi ça nous évite d’être la TARGET. Gardez la tête haute!!!
Premier détail à faire: télécharger UBER lorsque je vais être au Brésil. Pourquoi? Avec UBER on peu voir les informations du chauffeur, et tout reste dans les données. Petite sécurité en plus.
J’espère que mes quelques astuces vous sauront utiles.
À la prochaine.

Mes erreurs de débutante comme voyageuse solo

C’est bien beau de parler des avantages de voyager en solo, et de vous dire les POUR de le faire. Par compte je dois aussi partager les points moins positives. Qui m’ont beaucoup appris. Ce qui ne tue pas rend plus fort après tout.
Je me rappelle lors de mon arrivée à Rome (Italie). Après un vol de sept heures … le plus long vole que j’avais fait. Tout ce que je voulais c’était d’arriver à destination. Et vous imaginer l’achalandage de gens autours (taxi, chauffeur qui veulent faire leur profit). Arrivant en mode solo, on est automatiquement une proie. Voulant la simplicité j’ai suivi le chauffeur qui m’a offert de m’amener à ma destination. Qui m’a coûté prêt de 110 euros. Geez!!! alors que la station n’était pas trop loin, et que j’aurais pu m’y rendre pour moins de 5 euros si je m’étais fais confiance.
Mon erreur de députant encore une fois en arrivant en terre inconnu. Ce que je garde les chauffeur, taxi man en Italie sont les plus voleurs dans le globe. Déjà l’Italie est un grand pays. Assez bien structuré. Alors évité les, et utilisez les transports en commun. Sinon ils vont chercher à vous dépouiller. Justement énerver par cette situation, j’étais soûler de Rome, et j’ai précipité mon séjour pour me rendre ailleur. Pour moi j’avais très vite classer cette ville.
Trop longtemps à Milan. Honnêtement Milan est une ville qui se fait en six heures maximum ou pour être gentille, 12 heures est le maximum. Moi je pensais que Milan c’était du sérieux et j’avais miser pour trop de jour. L’horreur.
Disant que lors de mon premier gros voyage en solo… surtout ma première destination qui était l’Italie j’ai fais des erreures de débutants. Maintenant je le sais que si je ne sens pas quelque part… de partir. ET d’écouter mon vibes.
Et vous quelles sont vos erreurs de voyage ???

Mes conseils de voyages

1- Choisir sa destination avec attention:
Prendre le temps de regarder c’est quoi qui vous va. Pourquoi vouloir allez dans tel endroit, et les points de tout ce qui vous fait.
2- La première nuit:
Peu importe la destination, c’est important de planifier sa première destination (savoir ce qui en est).
3- Voyager léger:
Facile pour les déplacements de ne pas pas avoir trop de grosse valise. Ça peu être facile de voyager un peu facilement dans les transports publics. Définitivement en voyageant dans les transports en public.
4- Protéger ses documents (passport):
Important d’avoir un cadenas ou l’option de locker pour protéger le tout.
5- Fréquenter les places locales:
Rencontrer les habitants de la place c’est la meilleure façon de vivre l’expérience. Partager leur quotidien, et sortir de la zone touristique le plus possible (qui est souvent trop chère).

Costa Rica = Pire destination en Amérique Central

Excepté si vous êtes un fan des volcan et excursion du genre. Mais rendu là je vous recommande le Guatemala qui est riche en culture, et a plus d’une centaine de volcans dans son territoire. Le Costa Rica je le vois comme un état américain (et pas les plus enviés). On arrivant à San Jose, j’ai sentis le côté ville mais pas du bon côté. Très vite j’ai réalisé que l’histoire du Costa Rica était effacé. Alors on ne viens pas ici pour apprendre sur la culture et les façons de faire.
Autre fait, ne pas venir dans ce pays dans la saison de pluie car justement c’est encore plus mortelle. Le tourisme est basé sur la plage. Avec la pluie = il n’y a rien. Pas de musée. Pas d’histoire. Pas de culture. Rien du tout. Le néant.
Comme beaucoup de gens (je suis certaine que vous aussi), le Costa Rica faisait parti de votre bucketlist… rapidement en réalise que NON. NON!! C’est OVER price pour rien!! En arrivant dans ce pays il n’y a pas la saveur du Sud. J’ai passé un mois au Mexique, et un autre au Guatemala… en arrivant ici, j’ai ressenti tout sauf le Sud.
Les gens sont orienté BUSINESS et faire de l’argent
Est-ce que c’est un pays de fête?
Actuellement je recherche encore une destination qui va surclasser Miami Beach dans le côté PARTY ou NIGHT LIFE. Je vous rassure qu’on peu retirer Costa Rica dans la course. Je ne suis même pas capable de décrire c’est quoi un habitant du Costa Rica. Mélange entre Peuple vendu… sans histoire… ou Wannabe état des États-Unis… Toutes ses réponses.
Finalement la conclusion… Je suis contente d’avoir pu explorer cet endroit pour pouvoir le barrer à jamais de ma route. Destination qui ne sert à rien. Straight Up ! La bouffe d’ici n’est pas fameuse. Toutes les activités offertes peuvent être offerts en mieux mais beaucoup moins chère. à quoi bon gaspiller son argent pour ça…??? Je vous rend service.. Au pire viser plus vers Panama, Honduras…. Belize… ou autre pays.
Si vous me dites le contraire… j’ai hâte d’entendre votre façon de voire. Moi j’ai un trop plein de cette ville qui a vendu son essence pour des dollars. En arrivant là, le premier sentiment est le côté d’un peuple vendu. Le point positif que je garde… l’université coûte 300$ par année au maximum car en ayant abolit l’armée le gouvernement a pu investir dans l’éducation. Honnêtement même à un prix réduit la qualité de vie est si merdique et pauvre que je ne pense pas envoyer mes futurs enfants par ici.
Non je n’aime pas le Costa Rica… excepté si un changement de dernière minute vient, je ne risque pas d’aimer de si tôt. Ou encore moins y revenir.

Le plaisir de voyager en solo

Les raisons qui mon pousser à faire un voyage en solo:
– La liberté: J’avais un besoin éminent de sortir de la routine du 9 à 5 (ou peu importe le shift, je sentais que j’étais dans ce système, pire encore je ne me voyais pu dedans). Autant que j’ai été capable de m’adapter au système. De répondre aux exigence, de me dire que j’étais comme tout le monde, mais ce n’était pas suffisant. Sortir de ma zone de confort reste plus qu’important pour se retrouver. Sortir de la zone qu’on a été (soit par nous-même ou nos proches), de se retrouver est de s’approcher vers sa liberté.
– Gagner la confiance en soi: D’avoir l’opportunité de pouvoir vivre par soi-même et faire ce qu’on veut. Vraiment pouvoir s’écouter, et agir selon son instinct. Souvent dans la routine on néglige notre voix, voici ce qui en est.
– Arrêter d’attendre les autres: Combien de fois j’ai manqué des occasions en attendant un autre. En optant pour le voyage en solo, la seule personne que j’attend c’est moi-même.
Lors de mon premier voyage en solo, j’ai vraiment eu une expérience de fou. Des rencontres que jusqu’à maintenant qui sont là. Techniquement je n’étais pas supposé partir en solo. Mais dû à des situations avec la personne que je devais partir… j’en ai eu marre d’attendre auprès des autres. De me dire qu’est-ce qui va se passer? Ou de manquer l’aventure de ma vie à cause d’un autre. Vous pouvez devinez que ça avait été la meilleure décision de ma vie.
Sentiment de liberté, et de bien être. La possibilité de rencontrer du monde. De faire ce queje veux. Sans avoir à me soucier de rien du tout. Pour moi ça reste un plaisir comme toujours. Ok mon premier voyage en solo … Miami Beach. Pas trop loin de chez moi, juste assez pour me retrouver avec moi-même.

Ensuite j’ai été un peu plus loin.. Me rendre en Europe vers un délai plus loin (deux mois et demie). De se retrouver dans un endroit complètement loin d’ici. Vraiment loin, trop loin de tout, imaginer de se retrouver dans un autre continent livrée par soi-même. Le sentiment de liberté, et une confiance à grandit à mille (quoi d’autre).

 

lake atiltan and proof flight 068

 

La bouffe au Mexique

Si vous êtes un Food Lovers, vous allez ressentir du plaisir dans la gastronomie culinaire. Que ce soit dans les restaurants locales, ou le Street food.
Ce que j’ai le plus aimé c’est la possibilté de jouer avec les aliments. Par exemple dans la Street Food, j’ai pu manger des crêpes au fromage et Nutella. Un autre fait c’est la présence de la mayonnaise. Du blé d’inde trempé avec la mayonnaise et très épicés. Il faut le dire dans la nourriture d’ici; les épices et le mélange joue un rôle très important.
Les tacos, nachos, et mais reste un met principale servit avec tout que ce soit dans le déjeuner, lunch ou souper. Tortilla et un peu de tout. Juste vous laisser savoir qu’un déjeuner méxicain reste le plat le plus solide pour débuter la journée.


J’avoue être une Fan du Junk-Food, mais je n’ai pas trop aimé le fast food par ici. Par exemple: Le KFC est fade (presque plastique); alors que les plats typiques étaient très bon. Une bonne chose par dessus tout.