Guatemala: Raciste ou juste inculte face à la diversité ?

Étant une femme noire qui voyage en solo; un fait que je dois dénoncer reste le manque d’ouverture. Même ça rendu en 2018, c’est toujours choquant. Avec la technologie et étant à l’ère du média, je n’aurais pas cru ressentir autant d’incompréhension à la diversité culturelle. Et que vous soyez noire (comme moi), ou même asiatique (comme une autre voyageuse rencontrée qui a remarqué l’état des habitants dans les villages).
Je vous promet que c’était encore pire lorsque j’avais des tresses. Sachant que j’allais faire un long voyage j’avais opté pour une coiffure protectrice très simple. Lors de mon séjour au Mexique ça saurait bien passé. J’imagine que les mexicains sont plus ouvert sur le monde que les Guatemathèques.
Mon love/ hate pour le Guatemala:
Pour commencer je n’ai pas eu le coup de foudre pour aucune destination. Par exemple en allant au Portugal, j’ai eu le coup de foudre pour la ville de Porto dans le Nord. Juste d’y penser, j’en ai des étoiles dans les yeux. Par compte, en visitant le Guatemala je n’ai rien ressentie de ça. Oui j’ai aimé découvrir ce pays. Mais l’attitude trop fermé des Guatémalthèque m’a refroidit.
Pouvez-vous imaginer à un moment de mon séjour, j’ai dû prendre l’initiative de retirer mes tresses. Les commentaire où les regards. Pu capable.
Un autre fait que je n’ai pas aimé: les vendeurs ambulants qui sont trop omniprésent. À peine que tu vas au restaurant toute la clique va venir (et revenir par dizaine de fois pour vendre leurs pacotilles). C’est un plaisir de promouvoir sa culture, mais quand on a une attitude limite raciste envers les touristes étrangers (déjà la couleur de ma peau n’est pas plus foncé qu’un habitant, mais bref ..). Juste ce détail ne me permet pas de donner un bon sentiment pour cette destination.
Sinon côté monétaire ce n’est pas chère, et si vous êtes une femme de couleurs, c’est important d’être avertie du traitement que vous allez recevoir. J’imagine que dans une dizaine ou vingtaine d’années l’ouverture face à la discrimination va se faire.
Pour vous préparer au Guatemala:
– Se faire dévisager sans cesse (femmes, hommes, enfants);
– Le toucher; certains vont tenter de vous toucher car dans leur tête ils ne savent pas qu’en dehors de chez eux il y a un monde
– Les faux Rasta / ou qui se la joue Bob Marley ( des sollicitaitons pour toutes sortes de drogues vous allez recevoir)
– Les vendeurs de pacotilles (et ils se rend partout, même dans les restaurants ou les hôtels).

 
Sinon bon séjour !!!

Coup de coeur: Lake Atitlan

Après avoir séjourné plus d’un mois au Guatemala (et je n’ai pas encore exploré le Nord comme Tikal, Flores, etc). C’est beaucoup plus grand quand le pense ce pays. Définitivement je met dans mon bucket list d’y revenir.
Je garde un petit coup de coeur pour le Lake Atitlan … Encore je n’ai pas tout visité les village. Près d’une douzaine de village à explorer. Ça mérite encore un part 2.
L’authenticité des villages que j’ai été m’a séduit.


Les plus populaires restes:
– San Pedro pour son Nightlife et reste plus vaste.
– San Marcos pour sa méditation et sa communauté très verte. Dès qu’on arrive dans l’île le côté peace and love va se faire ressentir.
– Santa Cruz a le même genre (Hipster branchée qui ramène le côté écologique)
– Panajachel qui reste le point principal; faut passer par là avant de se rendre n’importe où.


Avant la fin de mon séjour j’espère faire Santiago (30 minutes en bateau).
Et oui, pour le déplacement dans chacune des îles le taxi-bâteau est utilisé. Très pratique et j’aime beaucoup le concept.
Sans hésiter je vous conseille un arrêt au bord du lac Atitlan, par compte pour bien explorer le tout deux semaines est la base.