Costa Rica = Pire destination en Amérique Central

Excepté si vous êtes un fan des volcan et excursion du genre. Mais rendu là je vous recommande le Guatemala qui est riche en culture, et a plus d’une centaine de volcans dans son territoire. Le Costa Rica je le vois comme un état américain (et pas les plus enviés). On arrivant à San Jose, j’ai sentis le côté ville mais pas du bon côté. Très vite j’ai réalisé que l’histoire du Costa Rica était effacé. Alors on ne viens pas ici pour apprendre sur la culture et les façons de faire.
Autre fait, ne pas venir dans ce pays dans la saison de pluie car justement c’est encore plus mortelle. Le tourisme est basé sur la plage. Avec la pluie = il n’y a rien. Pas de musée. Pas d’histoire. Pas de culture. Rien du tout. Le néant.
Comme beaucoup de gens (je suis certaine que vous aussi), le Costa Rica faisait parti de votre bucketlist… rapidement en réalise que NON. NON!! C’est OVER price pour rien!! En arrivant dans ce pays il n’y a pas la saveur du Sud. J’ai passé un mois au Mexique, et un autre au Guatemala… en arrivant ici, j’ai ressenti tout sauf le Sud.
Les gens sont orienté BUSINESS et faire de l’argent
Est-ce que c’est un pays de fête?
Actuellement je recherche encore une destination qui va surclasser Miami Beach dans le côté PARTY ou NIGHT LIFE. Je vous rassure qu’on peu retirer Costa Rica dans la course. Je ne suis même pas capable de décrire c’est quoi un habitant du Costa Rica. Mélange entre Peuple vendu… sans histoire… ou Wannabe état des États-Unis… Toutes ses réponses.
Finalement la conclusion… Je suis contente d’avoir pu explorer cet endroit pour pouvoir le barrer à jamais de ma route. Destination qui ne sert à rien. Straight Up ! La bouffe d’ici n’est pas fameuse. Toutes les activités offertes peuvent être offerts en mieux mais beaucoup moins chère. à quoi bon gaspiller son argent pour ça…??? Je vous rend service.. Au pire viser plus vers Panama, Honduras…. Belize… ou autre pays.
Si vous me dites le contraire… j’ai hâte d’entendre votre façon de voire. Moi j’ai un trop plein de cette ville qui a vendu son essence pour des dollars. En arrivant là, le premier sentiment est le côté d’un peuple vendu. Le point positif que je garde… l’université coûte 300$ par année au maximum car en ayant abolit l’armée le gouvernement a pu investir dans l’éducation. Honnêtement même à un prix réduit la qualité de vie est si merdique et pauvre que je ne pense pas envoyer mes futurs enfants par ici.
Non je n’aime pas le Costa Rica… excepté si un changement de dernière minute vient, je ne risque pas d’aimer de si tôt. Ou encore moins y revenir.

Le plaisir de voyager en solo

Les raisons qui mon pousser à faire un voyage en solo:
– La liberté: J’avais un besoin éminent de sortir de la routine du 9 à 5 (ou peu importe le shift, je sentais que j’étais dans ce système, pire encore je ne me voyais pu dedans). Autant que j’ai été capable de m’adapter au système. De répondre aux exigence, de me dire que j’étais comme tout le monde, mais ce n’était pas suffisant. Sortir de ma zone de confort reste plus qu’important pour se retrouver. Sortir de la zone qu’on a été (soit par nous-même ou nos proches), de se retrouver est de s’approcher vers sa liberté.
– Gagner la confiance en soi: D’avoir l’opportunité de pouvoir vivre par soi-même et faire ce qu’on veut. Vraiment pouvoir s’écouter, et agir selon son instinct. Souvent dans la routine on néglige notre voix, voici ce qui en est.
– Arrêter d’attendre les autres: Combien de fois j’ai manqué des occasions en attendant un autre. En optant pour le voyage en solo, la seule personne que j’attend c’est moi-même.
Lors de mon premier voyage en solo, j’ai vraiment eu une expérience de fou. Des rencontres que jusqu’à maintenant qui sont là. Techniquement je n’étais pas supposé partir en solo. Mais dû à des situations avec la personne que je devais partir… j’en ai eu marre d’attendre auprès des autres. De me dire qu’est-ce qui va se passer? Ou de manquer l’aventure de ma vie à cause d’un autre. Vous pouvez devinez que ça avait été la meilleure décision de ma vie.
Sentiment de liberté, et de bien être. La possibilité de rencontrer du monde. De faire ce queje veux. Sans avoir à me soucier de rien du tout. Pour moi ça reste un plaisir comme toujours. Ok mon premier voyage en solo … Miami Beach. Pas trop loin de chez moi, juste assez pour me retrouver avec moi-même.

Ensuite j’ai été un peu plus loin.. Me rendre en Europe vers un délai plus loin (deux mois et demie). De se retrouver dans un endroit complètement loin d’ici. Vraiment loin, trop loin de tout, imaginer de se retrouver dans un autre continent livrée par soi-même. Le sentiment de liberté, et une confiance à grandit à mille (quoi d’autre).

 

lake atiltan and proof flight 068

 

La bouffe au Mexique

Si vous êtes un Food Lovers, vous allez ressentir du plaisir dans la gastronomie culinaire. Que ce soit dans les restaurants locales, ou le Street food.
Ce que j’ai le plus aimé c’est la possibilté de jouer avec les aliments. Par exemple dans la Street Food, j’ai pu manger des crêpes au fromage et Nutella. Un autre fait c’est la présence de la mayonnaise. Du blé d’inde trempé avec la mayonnaise et très épicés. Il faut le dire dans la nourriture d’ici; les épices et le mélange joue un rôle très important.
Les tacos, nachos, et mais reste un met principale servit avec tout que ce soit dans le déjeuner, lunch ou souper. Tortilla et un peu de tout. Juste vous laisser savoir qu’un déjeuner méxicain reste le plat le plus solide pour débuter la journée.


J’avoue être une Fan du Junk-Food, mais je n’ai pas trop aimé le fast food par ici. Par exemple: Le KFC est fade (presque plastique); alors que les plats typiques étaient très bon. Une bonne chose par dessus tout.