Règle # 1: La sécurité

Évitez d’être trop cheap au dépend de sa sécurité. C’est toujours bien d’économiser, de sentir qu’on a fait une bonne transaction, mais quand c’est au dépend de sa propre sécurité c’est à se demander si les quelques sous économiser en valait le coup.
Par exemple: en voyageant en solo au Guatemala, les quelques fois (deux fois pour être exacte que j’ai pris le ” Chicken bus” un bus local), j’étais accompagné avec un couple. Ce qui m’apportait de la sécurité. Sinon lors de mes déplacements toute seule, j’utilisais le Shuffle ( van privé qui garantit de venir te chercher à une destination pour t’amener à l’autre destination). Oui!!! C’est beaucoup plus chère que les bus locaux.

Considérablement plus chère. Par compte, la sécurité est la première règle lors d’un voyage. Pourquoi se rendre vulnérable pour sauver quelques dollars?
En voyageant c’est important de connaître SA limite. De s’écouter et de ne pas pousser plus loin. Je vais toujours le dire de sortir de sa zone de confort. Mais il faut quand même pas pousser le bouchon trop loin. Encore une fois, je ne suis pas très hicking ou les excursions dans la jungle (la Wild Life ce n’est pas trop pour moi). Bon j’avais rencontré une autre voyageuse en solo qui voulait faire une excursion (Indian Nose qui débuterait à 3 -4 heures du matin) qui veut dire se rendre dans la forêt la nuit, pour voire le couchée du soleil d’en haut. Insistante pour que je le fasse malgré que lui faisais part de mes résistances; peur du noir, et le hicking qui n’était pas mon genre d’activité. Avec son insistance je me suis écoutée et refuser. Elle a pu trouver d’autres personnes dans le même vibes de le faire. Par la suite, elle m’a avoué que finalement je n’aurais probablement pas trop aimer. L’excursion qu’elle m’avait vanter comme étant facile de 30 minutes, en finale elle m’admettait que c’était plus complexe. Marcher dans la forêt (dans le noire), et de suivre le guide qui ne parle qu’espagnol sans rien voir.
Merci à moi de m’être écouté … et d’avoir opté de rester dans mon lit!
Les mêmes règles de connaitre ses limites va s’appliquer lorsqu’on décide de faire la fête. Qui n’aime pas faire la fête? Boire c’est une chose par compte c’est important de rester conscient. Pas le temps de BLACK OUT sachant qu’on est notre support. Ne pas s’isoler. Rester dans des lieux connus. être au courant de ce qui nous entoure, et surtout ceux qui nous approche. En gros garder sa vigilence!!
Petite règle de base: Faire attention à son verre. Et la règle que j’aime le plus reste de toujours faire confiance à son instinct (la petite voix qui nous avise du danger ce n’est pas là pour rien).
Même si on peu être impressionner d’entreprendre un voyage en solo. D’être dans un endroit qu’on ne connait pas, FAKE it til you make it! Ainsi ça nous évite d’être la TARGET. Gardez la tête haute!!!
Premier détail à faire: télécharger UBER lorsque je vais être au Brésil. Pourquoi? Avec UBER on peu voir les informations du chauffeur, et tout reste dans les données. Petite sécurité en plus.
J’espère que mes quelques astuces vous sauront utiles.
À la prochaine.

Le plaisir de voyager en solo

Les raisons qui mon pousser à faire un voyage en solo:
– La liberté: J’avais un besoin éminent de sortir de la routine du 9 à 5 (ou peu importe le shift, je sentais que j’étais dans ce système, pire encore je ne me voyais pu dedans). Autant que j’ai été capable de m’adapter au système. De répondre aux exigence, de me dire que j’étais comme tout le monde, mais ce n’était pas suffisant. Sortir de ma zone de confort reste plus qu’important pour se retrouver. Sortir de la zone qu’on a été (soit par nous-même ou nos proches), de se retrouver est de s’approcher vers sa liberté.
– Gagner la confiance en soi: D’avoir l’opportunité de pouvoir vivre par soi-même et faire ce qu’on veut. Vraiment pouvoir s’écouter, et agir selon son instinct. Souvent dans la routine on néglige notre voix, voici ce qui en est.
– Arrêter d’attendre les autres: Combien de fois j’ai manqué des occasions en attendant un autre. En optant pour le voyage en solo, la seule personne que j’attend c’est moi-même.
Lors de mon premier voyage en solo, j’ai vraiment eu une expérience de fou. Des rencontres que jusqu’à maintenant qui sont là. Techniquement je n’étais pas supposé partir en solo. Mais dû à des situations avec la personne que je devais partir… j’en ai eu marre d’attendre auprès des autres. De me dire qu’est-ce qui va se passer? Ou de manquer l’aventure de ma vie à cause d’un autre. Vous pouvez devinez que ça avait été la meilleure décision de ma vie.
Sentiment de liberté, et de bien être. La possibilité de rencontrer du monde. De faire ce queje veux. Sans avoir à me soucier de rien du tout. Pour moi ça reste un plaisir comme toujours. Ok mon premier voyage en solo … Miami Beach. Pas trop loin de chez moi, juste assez pour me retrouver avec moi-même.

Ensuite j’ai été un peu plus loin.. Me rendre en Europe vers un délai plus loin (deux mois et demie). De se retrouver dans un endroit complètement loin d’ici. Vraiment loin, trop loin de tout, imaginer de se retrouver dans un autre continent livrée par soi-même. Le sentiment de liberté, et une confiance à grandit à mille (quoi d’autre).

 

lake atiltan and proof flight 068

 

Coup de coeur: Lake Atitlan

Après avoir séjourné plus d’un mois au Guatemala (et je n’ai pas encore exploré le Nord comme Tikal, Flores, etc). C’est beaucoup plus grand quand le pense ce pays. Définitivement je met dans mon bucket list d’y revenir.
Je garde un petit coup de coeur pour le Lake Atitlan … Encore je n’ai pas tout visité les village. Près d’une douzaine de village à explorer. Ça mérite encore un part 2.
L’authenticité des villages que j’ai été m’a séduit.


Les plus populaires restes:
– San Pedro pour son Nightlife et reste plus vaste.
– San Marcos pour sa méditation et sa communauté très verte. Dès qu’on arrive dans l’île le côté peace and love va se faire ressentir.
– Santa Cruz a le même genre (Hipster branchée qui ramène le côté écologique)
– Panajachel qui reste le point principal; faut passer par là avant de se rendre n’importe où.


Avant la fin de mon séjour j’espère faire Santiago (30 minutes en bateau).
Et oui, pour le déplacement dans chacune des îles le taxi-bâteau est utilisé. Très pratique et j’aime beaucoup le concept.
Sans hésiter je vous conseille un arrêt au bord du lac Atitlan, par compte pour bien explorer le tout deux semaines est la base.

JOUR 1: ARRIVÉE À CANCUN, MEXIQUE

day 1 mexico 203.JPG

Avant mon départ pour l’aéroport: J’ai fais un bond du lit en passant que j’étais en retard. Vous savez le trac du jour d’un départ. Il y a de l’adrénaline sans aucun doute. Disant que j’en avais beaucoup trop. Du coup en pensant manquer mon vol. J’ai pris un taxi. 49$ de course avec le taxi. Au moins le chauffeur était très sympathique. Moi qui était sur les nerfs, disant que de converser de tout pendant le trajet m’a détendu.
Mon conseil: Ne pas stresser, et faire confiance à son instinct !!! Disant qu’avant de me coucher j’avais mis mon réveil pour être à temps.
À l’aéroport: Je suis donc arrivée plus tôt. Par la suite j’ai payé des frais de 25$ pour mon backpack car mon sac à dos de jour comptait pour un sac. Et on ne peut pas avoir deux sacs comme bagage à main. Petit détail que je viens d’apprendre.
Pendant le vol tout c’est bien passé.

day 1 mexico 131
OUi! On supporte le Brazil à fond!!! Et vous quel pays est-ce que vous supporter dans tous les cas???

En arrivant je pouvais rechercher le chauffeur que j’avais réservé. Heureusement que j’avais pu le réserver. Ça retire un stress en arrivant dans un pays qu’on ne connais pas. Par compte un fait que j’ai noté. Il y a aussi un autobus qui amène en direction de l’aéroport. Petit détail qui est très bon à savoir.
Point positif: Très bon accueil des mexicains. Ils vont se proposer à t’aider, et leur serviabilité c’est quelque chose qui les domine. Sans aucun doute voici les traits que j’ai pu voir chez eux.
Mon hébergement est bien situé: au plein coeur du centre-ville. Proche des restaurants, services bancaires, et un peu de tout. Un plaisir complet même.

Mon premier repas mexicain: Pina colada (j’espère qu’il y en a des meilleures par compte). Et un plat de nachos au poulet. Un vrai plat de nachos typique locale. eT je me suis bien régalé. Par compte je n’irais pas dans ce restaurant.


Petit détail négatif: il faut être ferme pour demander son change, car sinon les mexicains vont le prendre pour un cadeau. J’ai compris ma leçon. Et prochaine fois que je vais faire des achats je vais être ferme (entre une mince ligne d’être sauvage s’il le faut). On se fait avoir une fois, mais jamais deux).
En rentrant chez moi, Je me suis un peu perdu. Même si j’avais pris le bon chemin, j’ai un peu tourné en rond. Les faits à apprendre sui moi; me faire plus confiance, et encore plus à mon instinct car j’ai une bonne façon de voir les choses. Un peu fatiguée par le vol, et j’imagine le décalage horaire. Moment relaxe dans la cours, à jouer aux cartes avec les autres. Ensuite je me suis couchée très tôt. vers les dix heures du soir. Mon corps avait besoin de dormir. Je compte bien me reprendre (j’ai assez de soirée à reprendre dans tous les cas).
Et voilà pour ma première journée!

LA VEILLE DE MON DÉPART

J’ai presque envie de dire que nous y sommes. À moins de 24 heures de mon départ, pleins d’émotions me traverse la tête. Bien évidemment de changer mes idées est la base, sans oublier de paufiner un peu le tout.


Dans mes achats de dernières minutes:
Je me suis acheter une mini caméra waterproof qui peu prendre jusqu’à deux heures de vidéo. Ainsi épargné la charge de mon iphone (qui se décharge déjà trop vite). Et sans oublier que j’ai mon Nikkon pour prendre de beaux clichés. Par compte sachant que dans certains endroit ça risque d’être trop grand. Et pas bien d’attirer trop l’attention. Alors j’ai aussi deux petits appareil-photo de sony (un rose qui va être utiliser le jour, car le flash ne fonctionne pas). Et le noir qui risque de plus être utiliser le soir et en tout temps. Sans oublier j’ai un selfie stick qui peu se convertir en tripod. Ainsi je vais pouvoir faire mes vidéo blog.
Et l’outils que je n’ai pas oublier …
Un convertisseur pour les prises. Lors de ma dernière aventure en Europe. C’était le détail que j’avais oublié. Imaginez arriver après 7 heures de vol. Et se rendre compte que les prises ne sont pas les mêmes qu’au Canada. Voilà. J’ai fais cette bêtises. On apprend de ses erreurs après tout.
Disant que je suis prête…
J’ai de l’argent canadien pour m’acheter des trucs à l’aéroport. De l’argent d’urgence en américain, et des pesos pour monnaie d’échange.
Sans oublier un chapeau pour la plage, et une casquette pour le quotidien. Sans oublier ma crème solaire que je peux appliquer partout même sur mon visage. Disant que je suis plus que prête.
Petit astuce: concernant mon argent. Je l’ai placé dans diverse poche. Façon sécuritaire, et rappelons nous de ne jamais tout mettre dans le même panier. Voici ce qui était important pour moi dans tous les cas.
Quoi d’autre ? J’ai même ma tenu pour l’aéroport. Legging haute taille, top crop du Brazil (shout out pour l’équipe), et mes adidas. Inquiétez vous pas je vais faire des photos pour vous. Comme promit vous pouvez constater que je vais partager le plus avec vous. Essayez de faire en sorte que vous vivez avez moi mon aventure en Amérique Latine.

 

foto 002
Bisous à vous !