Mon bilan du Guatemala

Séjour: du 14 juillet au 23 août 2018 ( Un peu plus d’un mois)
.
Arrivée à la ville d’Antigua via voix terrestre. Pour savoir que c’est un peu plus de 12 à 13 heures de route, moi qui me fiait à la carte géographique, en me disant que tout simplement proche. En fin de compte ce n’était plus du tout le cas.
Conseil: Utiliser le Shufftle pour un long trajet est fortement recommandé que de juste prendre le Chicken Bus (bus local très bon marché).
Chicken bus: Le genre de bus scolaire adapté comme moyen de transport. Très rapide, beaucoup de stop pour prendre les gens en arrêt. Ça vaut la peine de le prendre une fois, juste pour vivre le moyen de transport local (être entasser avec pleins d’étranger).
1er arrêt: Antigua
2ème arrêt: El Paradon
3ème arrêt: Monterrico
4ème arrêt: retour à Antigua ( ne pas vous mentir Antigua je l’ai vu comme repère pour me rendre ailleurs).
5ème arrêt: Panajachel au Lake Atitlan
6ème arrêt: De retour à Antigua
7ème arrêt: Quetzeltenando (Xela) – qui est la deuxième plus grande ville du Guatemala.
8ème arrêt: San Pedro Laguna – au lake Atitlan
9ème arrêt: San Marcos – au lake Atitlan
10ème arrêt: Santa Cruz – au lake Atitlan
11ème arrêt: San Pedro Laguna + une journée exploration à Santa Catarina de Laguna.
12ème arrêt: J’ai compléter mon séjour complet à Antigua. Mention spécial au Maya Papaya qui m’a aidé a apprécié cette ville.


Effectivement, il me reste à explorer beaucoup plus du Guatemala, par exemple le Nord. Tel que Tikal ou Flores. Et surtout de continuer mon exploration dans le lake atitlan. Autre fait qui m’a surpris du Guatemala; c’est un pays plutôt froid surtout lorsqu’on est dans les hauteurs. Prévoyez un pull ou d’acheter un chandail sur place (comme souvenir) va vous être très utile.


Les Guatémalthèques ne sont pas très habitués à la différence, ça peu paraitre très choquant de les voire nous dévisager, ou carrément demander une photo (alors que c’est nous les touristes), manque d’ouverture de leur part ou d’incultisme face à la diverstié, c’est un détail qu’il faut prendre d’un ton léger. Sinon en général, ce sont des gens très agréable. Un sourire les suffit seulement.


Autre fait: les vendeurs ambulants – ils ont très vite compris l’importance du touriste, et ne vont pas rater une occasion de vendre leur attirailles. Même que vous soyez au restaurant, ou dans les aires de votre hôtel. En final chacun utilise leur moyen pour faire leur gagne-pain comme il peut. Un “no gracia” est suffisant ou plusieurs ” NO Gracia”.
Expérience générale: Je recommande cette destination sans aucun doute. Pour commencer ce n’est pas chère. Très sécuritaire. Étant une femme qui voyage en solo, je ne me suis pas sentie en danger. Par compte il faut utiliser son gros bon sens, c’est la règle de base tout court.

HIXP7900.jpg

Êtes-vous déjà allez au Guatemala?

Guatemala: Raciste ou juste inculte face à la diversité ?

Étant une femme noire qui voyage en solo; un fait que je dois dénoncer reste le manque d’ouverture. Même ça rendu en 2018, c’est toujours choquant. Avec la technologie et étant à l’ère du média, je n’aurais pas cru ressentir autant d’incompréhension à la diversité culturelle. Et que vous soyez noire (comme moi), ou même asiatique (comme une autre voyageuse rencontrée qui a remarqué l’état des habitants dans les villages).
Je vous promet que c’était encore pire lorsque j’avais des tresses. Sachant que j’allais faire un long voyage j’avais opté pour une coiffure protectrice très simple. Lors de mon séjour au Mexique ça saurait bien passé. J’imagine que les mexicains sont plus ouvert sur le monde que les Guatemathèques.
Mon love/ hate pour le Guatemala:
Pour commencer je n’ai pas eu le coup de foudre pour aucune destination. Par exemple en allant au Portugal, j’ai eu le coup de foudre pour la ville de Porto dans le Nord. Juste d’y penser, j’en ai des étoiles dans les yeux. Par compte, en visitant le Guatemala je n’ai rien ressentie de ça. Oui j’ai aimé découvrir ce pays. Mais l’attitude trop fermé des Guatémalthèque m’a refroidit.
Pouvez-vous imaginer à un moment de mon séjour, j’ai dû prendre l’initiative de retirer mes tresses. Les commentaire où les regards. Pu capable.
Un autre fait que je n’ai pas aimé: les vendeurs ambulants qui sont trop omniprésent. À peine que tu vas au restaurant toute la clique va venir (et revenir par dizaine de fois pour vendre leurs pacotilles). C’est un plaisir de promouvoir sa culture, mais quand on a une attitude limite raciste envers les touristes étrangers (déjà la couleur de ma peau n’est pas plus foncé qu’un habitant, mais bref ..). Juste ce détail ne me permet pas de donner un bon sentiment pour cette destination.
Sinon côté monétaire ce n’est pas chère, et si vous êtes une femme de couleurs, c’est important d’être avertie du traitement que vous allez recevoir. J’imagine que dans une dizaine ou vingtaine d’années l’ouverture face à la discrimination va se faire.
Pour vous préparer au Guatemala:
– Se faire dévisager sans cesse (femmes, hommes, enfants);
– Le toucher; certains vont tenter de vous toucher car dans leur tête ils ne savent pas qu’en dehors de chez eux il y a un monde
– Les faux Rasta / ou qui se la joue Bob Marley ( des sollicitaitons pour toutes sortes de drogues vous allez recevoir)
– Les vendeurs de pacotilles (et ils se rend partout, même dans les restaurants ou les hôtels).

 
Sinon bon séjour !!!

Coup de coeur: Lake Atitlan

Après avoir séjourné plus d’un mois au Guatemala (et je n’ai pas encore exploré le Nord comme Tikal, Flores, etc). C’est beaucoup plus grand quand le pense ce pays. Définitivement je met dans mon bucket list d’y revenir.
Je garde un petit coup de coeur pour le Lake Atitlan … Encore je n’ai pas tout visité les village. Près d’une douzaine de village à explorer. Ça mérite encore un part 2.
L’authenticité des villages que j’ai été m’a séduit.


Les plus populaires restes:
– San Pedro pour son Nightlife et reste plus vaste.
– San Marcos pour sa méditation et sa communauté très verte. Dès qu’on arrive dans l’île le côté peace and love va se faire ressentir.
– Santa Cruz a le même genre (Hipster branchée qui ramène le côté écologique)
– Panajachel qui reste le point principal; faut passer par là avant de se rendre n’importe où.


Avant la fin de mon séjour j’espère faire Santiago (30 minutes en bateau).
Et oui, pour le déplacement dans chacune des îles le taxi-bâteau est utilisé. Très pratique et j’aime beaucoup le concept.
Sans hésiter je vous conseille un arrêt au bord du lac Atitlan, par compte pour bien explorer le tout deux semaines est la base.

Coup de coeur à Panajachel

Dreamboat Hostel


J’ai pu séjourné dans cet hostel qui est classé dans le social. La différence entre un hostel social VS un party hostel revient bien entendu le bruit. C’est un endroit porter à sociabiliser dans les aires avec comme thème la famille. Que ce soit pour manger, boire un verre, ou jouer (drinking game).
J’ai eu la possibilité de m’entretenir avec les propriétaires du DreamBoat, et j’ai trop aimé leur vision. Sans oublier une mention spécial pour le staff. Petit shout out, car c’est là que j’ai fais mon tatouage (toujours en guérison).
L’accès à la cuisine, et très bien situé avec toutes les tienda (magasin), restaurants ou épiceries. De plus le soir pour 30 queutzal, Pour une soirée ça peu être sympa. Mais j’ai plus préféré préparer mes repas dans la cusine en toute liberté. Et honnêtement avec tous les restaurants dans le coin, c’est vraiment bien.
Il y a aussi un bar; l’occasion d’échanger avec d’aures voyageurs.

Présentation des propriétaires:


Les deux viennent de l’Australie, et ce sont des eux-même des backpackers qui à force d’avoir voyager le monde; connaissant de la réalité d’un voyageur et de leur besoin.
Luck:
Un backpacker depuis déjà dix (10) ans.
Le but avec le Dreamboat: Rencontrer de nouveaux amis, et son objectif pour la première année de l’hostel est de créer une grande famille (actuellement l’hostel à 7 mois d’existence, et ils sont bien parti pour en ajouter d’autres années).
Sa mission est de créer plus d’auberge et de pouvoir conitnuer faire ce qu’il aimait.
Mitch:
Un professeur de mathématique au high school, et il travaillait avec les enfants avec des besoins spécials. Des deux (2) on peu reconnaître sa personnalité colorés. Sans aucun doute on peu le savoir que c’est un gars de party, en même temps a une nature qui aime le public. Son plus grand challenge?
D’avoir un grand hanghover (après avoir trop bu), et devoir reprendre ses responsabilités au landemain.
Sa motivation? Avoir du plaisir et s’amuser (définition du bonheur que tout le monde veut en fin de compte).
La description du succès: Être heureux.
Le conseil que Mitch donne à tout nouvel entrepreneur?
Peu importe ce que tu le fais, c’est important d’avoir du plaisir. Ne perdez pas vos cheveux et avoir du plaisir dans ce que l’ont décide.

Autre point positif:
À proximité du lac pour visiter les autres villages. Gros shout out pour San Marcos: pour les vegan lovers, artistes, et en quête de médidation c’est un arrêt que je vous consel. Sinon pour faire la fête, San Pedro Laguna reste un incontournable bien évidemment.
Bref, il y a douze (12) villages qui n’attendent que vous.
Alors n’hésitez pas à les explorer!

Petit coin de paradis: Panajachel

Une destination surprise sur moi, car je n’avais pas prévu d’y aller. Agréable surprise si je peux le dire ainsi. À peine en arrivant j’ai succombé dans le charme. Étant localisé à même pas 2 minutes à pied du lac, j’en suis encore sous le charme. Le genre d’endroit que j’aime, on peu tout faire en marchant. Quoi demander de plus?


Je n’ai pas fini d’explorer le secteur (je viens d’arriver). Par compte sans aucun doute je suis en amour avec le vibe. Un sentiment que je n’avais pas ressentit en étant à Antigua. Déjà dans mes plans, je compte rester par ici pour plusieurs jours (pour ne pas dire semaines). Un plaisir d’être ici.


Sans oublier les rencontres que j’ai pu faire… et que je n’ai pas fini de faire.
Bon je vous reviens sous peu avec un bilan plus complet!
Alors si vous envisager de visiter Guatemala, je vous conseille fortement Panajachel. En vous rappelant que vous allez être à proximité de visiter plusieurs villages (12 au totales, un peu ambitieux de toutes les visiters mais qui sait)